Période d’expérimentation dans l’espace public

Spore (n.f) : Organe de dispersion et de multiplication caractéristique du règne végétal.
Mycélium (n.m) : Partie végétative des champignons, formée de filaments souterrains ramifiés sur laquelle croîtront les champignons à la rencontre de deux mycéliums compatibles.
Émissions de Spores (festival) : Période durant laquelle des artistes sont mis(es) en contact et en réseau à la manière de Mycéliums pour créer et expérimenter dans toute une ville, avec pour finalité des actions artistiques poussant sporadiquement comme des champignons.

Du 14 au 19 mai 2018 à Poitiers – 3 temps + 3 espaces + 3 publics

1 – LA CUEILLETTE


Lundi 14 + Mardi 15 – centre-ville – public convoqué

Laissez-vous guider dans les rues de la ville pour aller cueillir quatre propositions artistiques toutes fraîches affinées avec soin par quatre artistes de saison.

2 – LES SPORES


Mardi 15 + Mercredi 16 + Jeudi 17 + Vendredi 18 –
Toute la ville – public non convoqué
Un groupe d’artiste se retrouve, cogite ensemble pour fait pousser des actions artistiques comme des champignons dans l’espace
public. Personne ne sait ce qui va pousser, ni où. Aussi libre que des spores dans le vent.

3 – LA CHOUILLE


Samedi 19 – bar le Zinc – public convoqué et non convoqué

Après une cueillette et des élevages de champignons, rien de tel qu’une belle fête pour digérer tout ça ! Un bar sera l’endroit parfait pour sortir de la champignonnière. Groupes de musiques, Disques-Jockeys au programme. Bien sûr, des interventions surprises et un investissement total du lieu seront là pour que chacun et chacune profitent au maximum de ce beau final.

 

(A suivre, voici le texte sérieux où on explique sérieusement qu’il faut nous prendre au sérieux, même si on parle avec des métaphores)

Par le Festival « Emission de Spores » nous voulons explorer de nouvelles façons de créer et d’aborder l’humain dans l’espace public.

Via ses trois temps principaux, le festival nous permet :
– De faire une variation autour de la convocation du public, qui ne saura pas où il va être amené, et sur quoi il va tomber.
– De travailler sur le rapport à la surprise, en proposant des formes dans des lieux divers avec un public non convoqué.
– De finir en beauté avec un temps convivial et festif mettant en avant la rencontre entre les artistes et des personnes
du public.

Dans ces trois façons de faire, l’interactivité avec le public est au cœur des démarches et des valeurs. Elle est centrale dans la conception et dans la réalisation.
Via « Emission de Spores », nous recherchons un nouvel élan de liberté dans la création et dans la diffusion. Loin de la temporalité habituelle (parfois plusieurs années entre une idée et une première représentation), nous voulons permettre une pratique de l’instant et de la rencontre. En 24 heures, l’idée nait, se travaille et se représente. Création instantanée qui laisse des traces dans le présent et dans les mémoires, qui donne envie de créer, qui stimule et fait réagir. Spectacle vivant voir plus, spectacle qui fait vivre.

Dans notre métaphore, les champignons sont les formes artistiques qui vont être jouées. Les spores sont ce que les champignons laissent comme trace dans leurs environnements, dans l’espoir que ceux-ci deviennent par la suite du mycélium. Ces mycéliums en se rencontrant peuvent donner naissance à de nouveaux champignons. Le mycélium est un acteur majeur de la survie de notre planète. Et il en va de même dans notre métaphore. Nos champignons amènent de la discussion, des débats, de la révolte, de l’empathie du rire. Et amènent les gens à parler, entre eux, à se poser des questions, à chercher des réponses.

C’est là place de l’art. Nos champignons nous permettent d’aller mettre l’art à sa place, là où les gens sont, là où ils ne l’attendent pas, pour continuer de questionner, d’apprendre, de vivre, ensemble.

Émettre des Spores, c’est ça pour nous. C’est différent. C’est spontané, c’est le présent, et c’est ensemble.