Un gentil (grand) journaliste est venu « couvrir l’événement » à la demande de l’Université lors de notre dernière intervention théâtre-de-l’invisible-saoul  à la Cafet’ de Lettres sur le campus de Poitiers.

Il a fait une photo qui va être reprise par certains candidats aux régionales pour dire « non mais voilà où va la jeunesse. A l’université, vous vous rendez compte ? J’vais te calmer tout ça moi ! » Et puis, il a écrit un article qui explique bien le pourquoi du comment.

Merci Marc-Antoine, tu rentres dans l’histoire en tant que premier journaliste à écrire sur Arlette Moreau dans un hebdomadaire de grande écoute.article-7apoitiers-novembre 2015

Afin de ne pas se bousiller les yeux, il est préférable de cliquer sur l’image pour l’ouvrir en grand.